13/01/2020

Le 19 décembre 2019, le conseil municipal décidait de rebaptiser la place de la Mairie place Jacques Chirac, président de la République de 1995 à 2007. Ce 11 janvier, le Maire et deux des anciens ministres de Jacques Chirac dévoilaient la plaque de la place qui portera désormais le nom de notre ancien Président de la République.

Discours prononcé par Jacques HOUSSIN à l'occasion de cette cérémonie :

"Je suis très heureux et fier de dénommer officiellement cette ancienne place de la Mairie, Place Jacques CHIRAC. 
En accord avec sa famille et je vous lirai à l’issu de mon discours un message reçu de Mesdames Bernadette et  Claude CHIRAC au nom de la famille, nous dénommons cette place du nom de l’ancien Président. 
Jacques CHIRAC a marqué pendant de nombreuses décennies le paysage politique de notre pays.
Avant d’être par 2 fois Président de la République, il a occupé pratiquement tous les mandats : 4 fois Conseiller Général en Corrèze, 9 fois Député, 3 fois Maire de Paris, 5 fois ministres, 2 fois 1er ministre. 
La disparition de Jacques Chirac le 26 septembre dernier m’a particulièrement marqué. Une page de l’Histoire de notre pays se tourne.
Homme de terrain avec une poigne de main ferme, il aimait l’agriculture et les agriculteurs. Personne n’oubliera les images au salon de l’agriculture et sa célèbre tape au cul des vaches !
Orateur infatigable, il aimait profondément la France et les Français. Il aimait une France vivante faite d’humanité et d’une grande tolérance. Il a parcouru sans relâche les routes de France à la rencontre des Français.
Il incarne la politique du siècle dernier où il fallait 20 ans minimum pour se forger un destin.
J’ai un souvenir impérissable lorsque je l’ai accueilli dans le cadre de mes fonctions professionnelles  à Lille en 1994 alors qu’il venait annoncer sa candidature à la Présidentielle. Cette chaleur qu’il dégageait lorsqu’il saluait quelqu’un. Le personnel de l’hôtel et moi-même en étions impressionnés même si et nous avions l’habitude d’accueillir des personnalités.
Une petite anecdote encore lors d’un repas durant à cette même visite : le protocole nous interdisait de laisser des bouteilles sur table, il avait demandé à ce qu’on lui laisse la bouteille de 3 monts à ses pieds. C’était un bon vivant, il savait faire honneur aux produits de notre terroir. Sans aucun aspect péjoratif dans mes propos, c’était une bête de politique.
J’ai ensuite eu l’occasion de le rencontrer à plusieurs reprises lors de mon premier passage à l’Assemblée Nationale où il était Président de la République. Systématiquement, il avait une attention pour chacun.
Je ne vais pas ici vous retracer toute la carrière de Jacques CHIRAC mais citerai quelques moments forts qui resteront, je le pense, dans l’histoire de notre pays :
En juillet 1995, la reconnaissance du rôle de la France dans la Rafle du Vel d’hiv et dans la Shoah.
En 2003, il promulguait la loi constitutionnelle consacrée à l’organisation décentralisée de notre république.
En 1996, il lance le chantier de la professionnalisation des armées et annonce la fin du service militaire remplacée par la journée d’appel à la Défense.
Son discours de Johannesburg en 2002, au cours duquel il prononcera cette phrase devenue culte : « Notre maison brûle et nous regardons ailleurs », qui reste malheureusement tant d’actualité avec la catastrophe écologique actuel en Australie.
En mars 2003, il refusa aux Etats-Unis avec fermeté que la France prenne part à la guerre en Irak.
Il incarne une idée de la France non alignée mais aussi le combat contre les extrêmes. Rappelons-nous sa réélection le 5 mai 2002 contre Jean-Marie LE PEN avec plus de 82 % des voix.
Mais comme tout un chacun c’était un homme avec ses faiblesses et ses blessures : le drame de sa vie fut la maladie de sa fille Laurence.
Jacques Chirac reste aujourd’hui comme le plus sympathique des Présidents de la Vème République aux yeux des Français. Et c’est la raison pour laquelle, je suis particulièrement heureux ce soir, à quelques semaines de la fin de mon mandat de Maire, de pouvoir, avec l’ensemble des habitants de Verlinghem l’honorer par la dénomination de cette place.
Et quelle symbole, lui qui fut le premier Maire de Paris,  de donner son nom à la place de la Mairie, à quelques mètres de la place du Général de Gaulle qui était son modèle.
Vive la France et Vive la République !".


Retrouvez la lecture de la lettre de remerciements de Mesdames Bernadette CHIRAC et Claude CHIRAC ici.