12/05/2021

image101.jpeg

Retour sur les commémorations du 8 mai 1945.
Extrait du discours de Monsieur le Maire du 8 mai 2021 :
"Nous sommes réunis ce matin, ensemble, pour commémorer la victoire du 8 mai 1945. Cette date marque l’arrêt des combats de la deuxième guerre mondiale. Ce jour du 8 mai 1945, c’est la victoire sur l’Allemagne Nazie, sur une idéologie, sur une abomination.
Ce fût une joie immense pour tous les français qui avaient soufferts de l’occupation, de ses humiliations, de ses privations.
Ce fût la victoire des forces françaises libres, forces armées ralliées à la France libre sous l'égide du général de Gaulle qui avait fait vivre l’honneur et la fierté de la France pendant toute l’occupation.
Ce fût également la victoire des FFI, Forces françaises de l'intérieur issues de la fusion en février 44, des principaux groupements militaires de la Résistance qui s'étaient constitués dans la France occupée.
Cette victoire du 8 mai 45, elle prend naissance un peu moins d’un an auparavant, le 6 juin 44, date du débarquement allié en Normandie. Le même jour, le Conseil National de la Résistance appelle à la mobilisation générale de toutes les organisations de résistance.
Durant un an, les FFI vont harceler l’occupant et favoriser l’avancée des troupes débarquées. Partout en France l’ennemi recule. Partout en France des actions de sabotage et des combats ont lieu.
Ici, à Verlinghem, le dimanche 3 septembre 44, près du carrefour de la Croix en allant vers Wambrechies, un groupe de résistants construit un point d’appui de fortune, une simple tranchée. Ils sont sept. Ils sont peu et mal armés. Ils ouvrent le feu en direction d’une patrouille allemande qui, la surprise passée, tire au canon antichar. Le groupe est anéantie, seuls deux résistants survivent.
Parmi les héros morts, il y a Henri Gosseye. Il habitait Verlinghem, il allait avoir 16 ans. Son nom est inscrit ici sur notre monument aux morts. Sachons aujourd’hui honorer sa mémoire, sa détermination, son courage.
Il y a un an, à cause du confinement, nous étions 5 sur cette place pour célébrer le 8 mai. Aujourd’hui, bien heureusement, nous sommes plus nombreux et dans un an, nous serons encore plus. Depuis un an, nous avons traversé une épreuve difficile à cause de cette foutue pandémie. Oh, bien sûr, rien à voir avec une guerre comme celle que nous venons d’évoquer.
Nous pouvons néanmoins nous inspirer de nos anciens qui ont gardé espoir malgré toutes les difficultés. Nous pouvons faire notre, cette capacité de voir un avenir et une lumière après tous les moments difficiles. Nous pouvons et nous devons envisager dans les semaines et les mois à venir, de refaire société pour être simplement ensemble mais aussi pour construire un monde plus juste, moins égoïste et plus pérenne. Cela nous demandera de l’empathie, de la cohésion, une recherche permanente de l’intérêt général et certainement de la créativité.
« Jamais la fortune n’a trahi une France rassemblée » disait le Général De Gaulle. Souvenons-nous aujourd’hui des sacrifices nécessaires pour arriver à cette date du 8 mai 45. Souvenons-nous aussi que des hommes et des femmes, dès la fin des combats, ont agi pour construire un espace commun pour que de telles atrocités ne se renouvellent pas. Cette espace, c’est l’Europe. Et après avoir commémoré aujourd’hui la victoire du 8 mai 45, nous pourrons célébrer demain la journée de l’Europe, anniversaire de la déclaration de Robert Shuman du 9 mai 1950.
Cette déclaration est considérée comme le texte fondateur de la construction européenne. Prononcée par Robert Schuman, ministre français des Affaires étrangères, elle propose la création d’une organisation européenne chargée de mettre en commun les productions française et allemande de charbon et d'acier. Presque 6 ans après le cessez-le-feu, le 18 avril 1951, est signé le traité de Paris, qui fonde la Communauté européenne du charbon et de l'acier entre 6 États européens, la France, la République fédérale d'Allemagne, la Belgique, l'Italie, le Luxembourg et les Pays-Bas.
En ce jour du 8 mai 2021, souvenons-nous, regardons avec confiance l’avenir et soyons unis.
Vive Verlinghem, Vive la République et Vive la France. "