Brûlage à l'air libre.
Le brûlage à l’air libre : une pratique dangereuse et très polluante.
Le brûlage à l’air libre est interdit sur l'ensemble de la région Hauts-de-France.
Le brûlage à l’air libre des végétaux a un effet néfaste sur la qualité de l’air et peut être dangereux.
Brûler 50 kg de végétaux émet autant de particules dans l’air que :

  • 6 mois de chauffage d’un pavillon avec une chaudière au fioul
  • 5 900 km parcourus par une voiture diesel récente en circulation urbaine  
  • 18 400 km parcourus une voiture essence récente en circulation urbaine

Le brûlage des déchets ménagers dont les déchets verts, est interdit en vertu des dispositions de l’article 84 du règlement sanitaire départemental du Nord et des articles 10 et 103A du règlement sanitaire départemental du Pas-de-Calais.

Le brûlage à l’air libre émet des particules dans l’air.
Le brûlage à l’air libre est interdit toute l’année dans les périmètres des plans de protection de l’atmosphère (PPA) arrêtés par les préfets. Compte tenu de l’état de la qualité de l’air régionale, le PPA du Nord - Pas-de-Calais couvre toute la région.
Il existe des solutions!
Le compostage individuel
Les déchets organiques peuvent être compostés : déchets de jardin, déchets alimentaires ...
C’est facile et cela permet de réduire les volumes de déchets.
Le paillage
Le « paillage » est simple et peu coûteux.
Cette technique consiste à recouvrir le sol de déchets organiques broyés pour le nourrir et/ou le protéger. Il évitera le développement des mauvaises herbes et créera une rétention de l’humidité au niveau du sol.
La collecte en déchèterie
Vous pouvez déposer les déchets verts dans la déchèterie la plus proche (Quesnoy/Deûle). Ils seront valorisés dans des conditions respectant l’environnement. Les bio-déchets seront acheminés vers des plates-formes de compostage ou des unités de méthanisation.

Borne de recharge pour véhicules électrique.
Une borne de recharge pour véhicule électrique est à votre disposition sur le parking du CCA J. HOUSSIN, place de la Mairie.
Pour tout savoir sur les conditions d'utilisation, rendez-vous sur le site www.electrique.passpass.fr.
Vous trouverez également des informations générales sur la politique d’électromobilité portée par la MEL ainsi que les grandes lignes sur le fonctionnement des bornes directement sur le site de la MEL.

Aboiement des chiens.
De nombreuses plaintes parviennent régulièrement en mairie concernant les aboiements répétitifs de chiens. Nous vous rappelons que les nuisances sonores causées par un animal sont passibles de sanctions.
Rappel de la loi :
Décret du 31 août 2006 :  « Les bruits de voisinage portent non seulement atteinte à la qualité de la vie et à la tranquillité, mais aussi à la santé. Une part très importante de ces bruits provient de comportements particuliers, qui sont en fait des incivilités.
En tant que tels, les aboiements de chiens, nuisances sonores particulièrement courantes en France, relèvent du Code de la santé publique. » « Aucun bruit particulier ne doit, par sa durée, sa répétition ou son intensité, porter atteinte à la tranquillité du voisinage ou à la santé de l’homme […] ».
L’un de ces trois critères, précisés à l’article R. 1334-31 du code de la santé publique, suffit à constituer un trouble de voisinage, quelles qu’en soient les circonstances, même si l’immeuble est mal isolé ou qu’il n’y a pas de faute avérée et quelle que soit l’heure du jour et de la nuit (le délit pour tapage diurne existe bel et bien).
 L’article R. 1337-7 précise que : « le fait d’être à l’origine d’un tel délit est passible d’une peine d’amende prévue pour les contraventions de la troisième classe (450 €). »
Est également prévue une peine complémentaire de confiscation de la chose qui a servi ou était destinée à commettre l’infraction (article R. 1337-8). Le fait de faciliter sciemment, par aide ou assistance, une telle infraction, est puni de la même peine (article R. 1337-9).
Des sanctions sont également prévues pour les personnes morales (article R. 1337-10), notamment une peine complémentaire de confiscation de la chose qui a servi ou était destinée à commettre l’infraction : en clair, cela signifie que le tribunal peut aller jusqu’à confisquer l’animal et le confier à une œuvre de protection des animaux.
Un locataire possesseur d’un chien bruyant risque, lui, de se faire expulser de son logement. De plus, l’article 102-5 du Règlement Sanitaire Départemental type, prescrit que : « les propriétaires et possesseurs d’animaux sont tenus de prendre toutes mesures propres à préserver la tranquillité des voisins ».
En conclusion, le chien a sa place en ville et répond au besoin qu’ont nos concitoyens d’avoir un contact privilégié avec la nature et le monde animal, mais les propriétaires de chiens doivent prendre toutes dispositions pour éviter les nuisances générés par les aboiements, le dépôt d’excréments sur la voie publique ainsi que les accidents dus aux comportements du chien.

Travaux de jardinage et de bricolage.
Les travaux de jardinage ou de bricolage effectués à l'aide d'outils motorisés sont sources de nuisances sonores importantes.
Dans le souci des règles simples de bon voisinage, ces travaux ne doivent pas être réalisés les dimanches et jours fériés, vos voisins vous en seront reconnaissants. 
Merci à tous de veiller à la tranquillité de chacun !

Ecopâturage.
Depuis le 1er juin 2017, l'entretien du terrain face à la salle du Tournebride est réalisé par écopâturage.
Il s'agit d'un pâturage extensif qui permettra de laisser un cheptel de poneys tout au long de la saison de pousse des végétaux.
Cette méthode est la plus bénéfique pour l'environnement puisqu'elle respectera un équilibre entre l'animal et le sol grâce à une bonne gestion de la charge pastorale sur le milieu. Ainsi, le respect de la biodiversité sera assurée et l'écopâturage permettra à la végétation de fleurir en offrant un véritable lieu de vie à la faune et micro faune grâce aux hauteurs de végétation différentes.
Une méthode douce et ludique pour protéger l'environnement.


Espace Naturel Métropolitain.
L'Espace Naturel Métropolitain gère, anime et met en valeur 1300 hectares d'espaces naturels à travers la métropole lilloise, deux parcs, un musée de plein air et quatre Relais Nature.

Découvrez le Guide de l'explorateur de la métropole verte
ici.