11/11/2021

DSC_0038.JPG

Commémorations du 11 novembre - Discours de Monsieur le Maire
C’est un grand plaisir pour moi d’être à vos côtés ce matin et de célébrer avec vous le 11 novembre 1918, jour de l’armistice de la Grande Guerre.
Je veux remercier fraternellement René Dessart pour l’animation de cette cérémonie. Je vous transmets également les amitiés de Jean Pierre Berghe, président de l’UNC AFN de Verlinghem, qui ne peut être présent aujourd’hui parmi nous.
Nous sommes réunis aujourd’hui, ici, pour nous souvenir. Nous souvenir de cette Grande Guerre lointaine dans le temps, nous souvenir de ces 55 enfants de Verlinghem, victimes d’une guerre qui a dévoré tant et tant de vies.
Nous nous réunissons tous les ans pour commémorer ce jour du 11 novembre 1918 où fut signé l’armistice à 5h15 du matin. Pourquoi est-il si important de commémorer ? Commémorer, c’est se souvenir ensemble d’événements passés car ils fondent une identité collective, un être ensemble et un rapport au monde.
Nous devons nous souvenir. Si nous renions la mémoire, le sacrifice de ces vies perd tout son sens. Ils sont morts pour nous, pour leurs foyers, leurs familles et leurs amis, pour un ensemble de traditions qu'ils chérissaient et pour un avenir en lequel ils croyaient.  Le sens de leur sacrifice dépend de notre conscience nationale collective et de notre capacité réitérée à nous souvenir.
Verlinghem, comme la majorité des communes de France, a un monument commémoratif. Celui de notre village fût inauguré le 28 août 1921 lors d’une grande journée de fête populaire. Ce même jour, notre commune recevait la Croix de Guerre 1914-1918, distinction honorant les communes ayant particulièrement souffert de cette guerre et notamment de ces destructions. Après cette cérémonie, vous pourrez découvrir (ou redécouvrir) cette décoration dans la salle d’honneur de notre mairie.
Se souvenir, c’est aussi regarder son histoire et en tirer des enseignements. Pourquoi un tel conflit a pu se déclencher alors que la situation en Europe était florissante ? Pourquoi à l’époque, les pays européens ont sacrifié tant de leurs fils dans un conflit long et éprouvant ? Pourquoi avoir laissé tant de soldats des deux côtés du front, exposés aux intempéries, grillés par le soleil, perdus dans la boue, dévorés par la vermine, gênés par les rats, souvent mal ravitaillés ? Souvenons-nous en ces temps de résurgence de tous les populismes et de toutes les doctrines rétrogrades, que les conflits naissent de postures et de démagogie qui, à la fin, font souffrir les peuples dans leur chair et dans leur mémoire. Apprécions chers amis, de vivre depuis longtemps maintenant sur une terre européenne en paix mais soyons attentifs à tout ce qui pourrait nous mener à nous dresser les uns contre les autres.
Oui il est important de se souvenir et de s’intéresser à l’histoire, à notre histoire car c’est à sa lumière qu’un peuple grandit, murît et avance en paix.
Avant de clôturer cette cérémonie, je voulais partager avec vous le souvenir de deux membres de l’UNC AFN qui nous ont quitté cette année. Tous deux avaient été conseillers municipaux.
Gérard Lesage, soldat de France, ancien président de Verlinghem Foot, était un homme généreux, investi dans son village et confiant dans la vie. 
Roger Leroy avait créé dès 1959 une amicale pour venir en aide aux soldats partis loin de métropole. En 1972 naissait ce qui allait être la section UNC AFN de Verlinghem dont il sera président jusqu’en 1996.
 Aujourd’hui nous pensons bien à eux.
Je vous invite désormais à rejoindre la mairie et à présenter votre pass sanitaire avant de rentrer. Vous assisterez à la remise des prix aux lauréats du concours départemental « Mémoire Vivante ». Vous pourrez aussi redécouvrir l’exposition « Verlinghem Ancien » qui avait été fort appréciée en 2018 lors du centenaire de l’armistice. Un grand merci à Jean Paul Coquel et Francis Facon pour cette exposition !
Encore merci à tous pour votre présence. Je vous souhaite une très belle journée.
Vive Verlinghem, Vive la République et Vive la France.